LA DISTILLERIE DE MONTRÉAL

Trois amis, un bar, une passion commune :
l’art de bien faire les choses.

C’est un peu ce qui a amené Lilian Wolfelsberger et son associé Stéphane Dion à se lancer dans l’aventure de distiller des alcools de A à Z, et non pas juste des les aromatiser ou les mettre au goût du jour, comme c’est souvent le cas.

Bien faire les choses. Lilian Wolfelsberger et Stéphane Dion sont pétris de la même pâte lorsqu’il s’agit de professionnalisme. Les coins ne sont pas coupés ronds et aucune étape n’est oubliée. C’est pourquoi lors du choix de son alambic, Lilian n’a pas hésité une seconde; son choix s’est porté sur un alambic charentais à double distillation de marque Chalvignac. La réputation de ce type d’alambic n’est plus à faire, dans le milieu des spiritueux haut de gamme, on va jusqu’à dire « Pas de Cognac sans Chalvignac! ». Stéphane lui, est un homme d’affaires chevronné et passionné, qui n’hésite pas à se donner les moyens de ses ambitions.

Et le troisième ami, lui ? Qu’est-ce qu’il vient faire dans l’histoire? Croyez-le ou non, c’est lui qui a catalysé le sort de cette distillerie urbaine, logée dans le quartier de Rosemont à Montréal en changeant son nom. C’est ainsi qu’un soir autour d’un verre (ou plusieurs) de ce rhum épicé que la distillerie au nom imprononçable (Distillerie Wolfelsberger) a été rebaptisée Distillerie de Montréal, la seule distillerie à travailler avec un alambic à double distillation.